Accueil
actualite
Biographie
Disques
Textes de chansons
Extraits
Galeries
Bibliographie
Rendez-vous
Spectacles
Liens

 

La boutique:

L'Yeuse Mercat.

(paiement PayPal)

 

Télécharger le bon de commande des disques (paiement par chèque).

 

Laisser un message :

  DESEMPLUMAT

Auria benleu pogut dins la lenga emperiala
Potonar la darriera e chantar mas amors
E m'aurian celebrat dins la premsa locala
Coma Io grand poeta e mager trobador
De ma jos-prefectura e de sos alentorns.
Collegis curatiers comicis cantonaus
M'aurian fait presidar m'aurian fait presicar
Distribucions daus pretz e sembla-festenaus
Per me monstrar au mond e me glorificar.
Cartas per Parisians, desplejants toristics,
Auria, patesejant donat dins lo tipic
Chantat lo bon vielh temps e la gentor d'antan
A de noveus colons, auria per brilhajons
vendut, paubre colhon, mon eime d'Occitan
Coma politicards, maires e deputats
cresent far per lo mielh venden a gròs talhons
Nòstre païs a d'anonimas societats.

Ailàs, tres còps ailàs per mon eterna glòria
E la placa de maubre au dessus de ma pòrta
Ai n'autra conception dau sense de l'istòria
ma rabia de jovent me laissa pas lo temps
De me blasir, d'amor per l'ombre d'una mòrta.
Ai chausit sens visar d'onte venia lo vent
mon parlar vertadier ma lenga mespresada
la lenga d'un noveu esper de libertat
contra la lenga de las faussas veritats,
l'emperi parisenc, la cultura impausada
E l'assimilacion de las minoritats.
Lo parlar daus païsans, amar torna flurir
Jos la pluma de fer de joùnes trobadors.
Au vielh turlututu se boira coma un crit
E la revolta punh dins las chançons d'amor.

LOS TRACTORS AN BARRAT L'ESTRADA DAU SOLELH...
DESEMPLUME

J'aurais peut-être pu dans la langue impériale
Embrasser l'automne et chanter mes amours
Et l'on m'aurait célébré dans la presse locale
Comme le grand poète et suprême troubadour
De ma sous-préfecture et de ses alentours.
Boîtes à curés, comices cantonaux
M'auraient fait présider, m'auraient fait prêcher
Distributions de prix et simili-festivals
Pour me montrer au public et me glorifier.
Cartes pour Parisien, dépliants touristiques
J'aurais, patoisant donné dans le « typique »,
Chanté le bon vieux temps et le charme d'autrefois.
A de nouveaux colons, j'aurais par bribes
Vendu, pauvre couillon, mon âme d'Occitan,
Comme politicailleurs, maires et députés
Croyant faire pour leur mieux vendent à grandes parcelles
Notre pays aux sociétés anonymes.

Hélas, trois fois hélas pour ma gloire éternelle
Et la plaque de marbre au-dessus de ma porte
J'ai une autre conception du sens de l'histoire
Ma rage de jeune ne me laisse pas le temps
De me consumer d'amour pour l'ombre d'une morte.
J'ai choisi sans regarder d'où venait le vent

Ma langue méprisée, mon vrai parler,
La langue d'un nouvel espoir de liberté
Contre la langue des fausses vérités
L'empire parisien la culture imposée
Et l'assimilation des minorités.
Le parler des paysans refleurit amer
Sous la plume de fer de jeunes troubadours
Au vieux turlututu il se mêle comme un cri
Et la révolte point dans les chansons d'amour.

LES TRACTEURS ONT BARRÉ LA ROUTE DU SOLEIL...
Micheu Chadeuil - Joan Pau Verdier.
(C) Chappell.
  CHANTI PER TU

Un pòble amar sale de l'ombra
de son malur vielh coma un prat
Per una nafra tan prigonda
qu'a jamai pogut se crellar
Ai conegut tan de vergonha
que uèi, ai l'arma que me dòl
auvit talament de messorgas
que dins mon chap me chau cridar

Chanti per tu e per ma terra
Chanti per tu e per ma terra

Una bòria abandonada
un joùne s'en vai, un vielh mòr
la darriera usina barrada
de mon païs vaqui la sòrt
Quora musèu, quora chifarià
e bronza-cuòl tres mes per an
de Ventadorn vaqui la sòla
que son devenguts sos enfants ?

Chanti per tu e per ma terra

Un pòble surtira de l'ombra
un autre còp un'autra nuech...
quand n’en aura pro de messorgas.
e que podra auvir l'esper

Chanti per tu e per ma terra...
JE CHANTE POUR TOI

Un peuple amer sort de l'ombre
dans son malheur infiniment vieux
d'une blessure si profonde
qu'elle n'a jamais pu se fermer
J'ai connu tant de honte
qu'aujourd'hui j'ai mal à l'âme
entendu tellement de mensonges
que dans mon crâne il me faut crier

Je chante pour toi et pour ma terre

Une ferme abandonnée
un jeune s'en va, un vieux meurt
la dernière usine fermée
Voilà le sort de mon pays
tantôt musée, tantôt plaisanterie
et bronze-cul trois mois par an
Voilà le sol de Ventadour
que sont devenus ses enfants ?

Je chante pour toi et pour ma terre

Un peuple sortira de l'ombre
une autre fois, une autre nuit...
quand il en aura assez des mensonges
et qu'il pourra entendre l'espoir

Je chante pour toi et pour ma terre
Joan Pau Verdier. (C) Chappell.
  LAS MAUSSIERAS

Ai trevat tot un jorn lo pradon e la gresa
Mas degun m'a pas vist.
Ai pas tornat trobar Marisson e Francesa
Que risian tan antan.
Mos pas sus Io chamin an esfodit l'auriòu
Que solet m'a auvit;
Las maussieras fasian en tombar sus Io sòu
De las tachas de sang.

Coma aimavan venir se'n rogesir las pòtas
Las dròllichas de junh !
Aimavan pendilhar entau doas cereisòtas
A l'aurelha en jugar...
Quand Marisson fuguèt nommada dins Io nòrd,
Ne'n sarrerem los punhs,
Mas a qui aurian dich 'laidonc nòstre maucòr ?
Qui ne'n auria' fait çàs ?

Onte son vòstres vielhs ? Portièrs de maisonassa ?...
Las jalajas, prendran
Tot çò que lor 'vian pres e l'edra, la trainassa
Van tot tornar breçar.
En esperar la mòrt, per suausar lor tristor
Disan que tornaran...

Et la Francesa ont es dins 'queu monde falord ?
Mielhs vau n'i pas pensar.
        
0 gent de mon païs, tala es nòstra dolença :
Es dich que van crebar,
Crebar de racha-còr en gardar la chabença
0 crebar de partir...
Nos chau levar Io chap, nos chau levar los punhs,
Es pus temps de resvar.
Nos faudra afanar l'esper dau novelum
Si vòlem pas morir.
LES MERISES

J'ai hanté tout un jour le pré et la friche
mais personne ne m'a vu.
Je n'ai pas retrouvé Marissou et Françoise
qui riaient tant l'an dernier.
Mes pas sur le chemin ont fait peur au loriot
qui seul m'a entendu;
les merises faisaient en tombant sur le sol,
des taches de sang.

Comme elles aimaient venir en rougir leurs lèvres,
les fillettes de juin !
Elles aimaient ainsi pendre deux petites cerises
à l'oreille en jouant...
Quand Marissou fut nommée dans le Nord,
nous en serrâmes les poings,
mais à qui aurions-nous dit alors comme nous en avions le coeur lourd,

qui y aurait fait attention ?
Où sont vos parents ? Concierges d'un immeuble ?...
les genêts prendront
tout ce qu'ils leur avaient pris et le lierre, le chiendent
vont tout recouvrir à nouveau.
En attendant la mort, pour apaiser leur tristesse,

ils disent qu'ils reviendront...
Et Françoise où est-elle dans ce monde cinglé ?
Mieux vaut n'y pas penser.

0 gens de mon pays, tel est notre malheur
il est dit que nous allons crever,
crever d'arrache-coeur en gardant notre bien
ou crever de partir...
Il nous faut lever la tête il nous faut lever le poing,
il n'est plus temps de rêver. Il nous faudra mériter par nos efforts
l'espoir du renouveau
si nous ne voulons pas mourir.
Micheu Chadeuil - Joan Pau Verdier.
(C) Chappell.
  OCCITANIA SEMPRE
(OCCITANIE TOUJOURS)

Occitània sempre
Occitània sempre
l'écho repète ces mots en prison
Occitània sempre
Occitània sempre
l'écho
les donne à l'enfant qui reprend la chanson

Au pays des rimes
la vie se ranime
des fous vendent l'hérésie aux passants
le vent de l'Histoire
souffle à contre_gloire
l'amour se fait à présent dans le vent, dans le vent

Occitan, perdes pas ta lenga e ton ben
Occitan, escota lo chant desliurat d'un jovent:

Occitània sempre
Occitània sempre
l'enfant est devenu grand en rêvant
Occitània sempre

Totjorn Occitània
l'espoir a pris la couleur de son chant, de son chant

Misère occitane
Que Montfort se damne !
il pleut des larmes de deuil et pourtant
Fifres et chabrettes
rythmeront la fête
le jour où nous renaîtrons triomphants, triomphants

Occitan, lo temps es vengut per marchar
Occitan, espia tos fraires que te donan lo braç !


Occitània sempre
Occitània sempre

  VIVRE
(VIURE)

Vivre !
vivre à l'orée des ans sous des lunes nomades
occuper des chemins sous des cieux oreillers
voler sur un étal de l'amour la jouissance
jouir encor chaque jour pour une éternité
Dormir,
dormir en coloriant ses saveurs de pivoines
de passions en exil à l’automne germé
rêver de ce qui meurt pour un peu plus de rêve
mourir pour une idée qui ne naîtra jamais

Vivre !
changer à chaque fois de lieu vers la lumière
traquer l'hypocrisie dans ses derniers recoins
chanter pour des amis venus boir' la tendresse
et leur dire ces mots qui vous viennent aux mains
Aimer,
aimer plus que son saoul plus mieux baiser encore
fair' l'amour à crever à des sexes blasés
danser sous des lilas jusqu'aux dernier' aurores
et s'en aller plus loin vers d'autres amitiés

Vivre !
vivre à la déraison jusqu'à ce qu'amour suive
et se laisser bercer par un sommeil d'été
au bord de la folie au sommet d'un délire
Vivre chaque désir, et ne mourir... Jamais

Vivre ! Vivre !
Joan Pau Verdier. (C) Chappell.
  JE T'AIME AUX ECLATS
(T'aimi aus cacalas)

Tu m'es apparue un matin de brumes-rêves
un chagrin, un appel de parfums lourds
ta voix montait du fond des embruns sourds
tu es née de ton mystère
je t'aime aux éclats
tu m'es apparue du fond du sommeil
tu es nue toujours pareille
je t'aime aux éclats

Lorsque tu t'endors à présent je désarpège
Dans ta maison je meurs un peu plus le soir
si nous guettons tous deux des jours moins noirs
tu renais de mon délire
je t'aime aux éclats
et tu me reviens au flou du réveil
tu souris toujours pareille
je t'aime aux éclats
Joan Pau Verdier.
(C) Chappell.
  DEMAIN
(Deman)

Demain nous forgerons
comme des diadèmes
des millions de poèmes
au nez de la raison
demain nous boirons l'eau
des cascades surprises
quand le jour se dégrise
et qu'il fait encore chaud

Les herbes seront douces
et le pavot léger
et nous irons glaner des rivières
de mousse à l'orée des frontières
quand brilleront tes seins
sous le chant de mes mains
comme crie la misère

Ta bouche m'offrira
en caresse de vagues
de l'amour en rasades
et tu me berceras

et dans les coins secrets
l'ombre sera jouissance
comme lutin qui danse
et je t'envoûterai

Le monde n'aura plus
la moindre raison d'être
les dieux seront poètes
et les gibets pendus
le monde n'aura plus
le rouge de la honte
ni la haine qui monte
quand tu me viendras nue

Les herbes seront molles
et ton ventre léger
et nous irons monter
des chevaux sans licol
c'est comme un brin de chance
qui nous reste à cueillir
la lueur d'avenir
c'est l'ultime espérance

Demain, Demain ...
Joan Pau Verdier.
(C) Chappel
  MA MARSEILLAISE A MOI
(LA MIA MARSELHESA)

Les petits cons miteux surgissant de l'ornière
les anciens combattants sous leur débilité
les soldats trop connus qui n'sont pas morts d'hier
le bon Français qui vient se réhabiliter
toute la faune imbue de la patrie française
s'est mise au garde-à-vous tel un seul corps puissant
aux accents discordants de cette Marseillaise
qui n'a pour Canebièr' que des boul'vards de sang

Ma Marseillaise à moi, c'est le bruit des fontaines
ma Marseillaise à moi, c'est la chanson du vent
c'est le voile bleuté de beauté souveraine
quand la lune en tapin à la sorgue se vend
c'est l'appel du pollen à son flirt l'abeille
c'est le miel du printemps dans les ruches d'amour
les fleurs de l'amitié qui poussent en corbeille
rafraîchies de rosée dans les parfums du jour.

Des larmes tricolores jaillissent des paupières
quand s'élève un drapeau violé depuis longtemps
j'en sais de fous furieux du fond des cimetières
ne bouge pas Lazare, il n'est pas encor temps !

laisse-les se leurrer, se goinfrer d'uniforme
laisse-les ces voyeurs d'un pays décadent
lorgner leur beau drapeau sans chatoiement ni formes
sous ma feuille de vigne je réinvente Adam

Car mon drapeau à moi, c'est ce bout de nuage
sans couleur sans patrie sans clairon sans soldat
la première goutte d'eau tombée les soirs d'orage
ma terre-troubadour qui fredonne tout bas
car mon drapeau à moi c'est un baiser de femme
la femme que la vie a nichée sous mon toit
ma guitare enflammée quand je monte une gamme
et que les notes agiles caressent mes doigts

C'est mon drapeau à moi
ma Marseillaise à moi   
Joan Pau Verdier. (C) Chappell